S'inscrire à la newsletter
Nos actus via facebook

Découvrez nos vins dans la presse, les guides et leurs distinctions.

Est Agricole
À 62 ans, Seppi Landmann, vigneron à Soultzmatt a décidé de faire valoir ses droits à la retraite. Sans successeur , il s'est tourné vers le domaine Rieflé de Pfaffenheim pour racheter son nom, et surtout pour le faire perdurer.
Une structure commune aux deux marques va prochainement être créée, dont Seppi Landmann sera l'ambassadeur, en France et à l'étranger.

Deux vignobles, deux histoires, un avenir commun. Pour les domaines Rieflé de Pfaffenheim et Seppi Landmann de Soultzmatt, cette année 2011 marque le départ d'une nouvelle aventure, ensemble. Voilà déjà un an que le domaine Rieflé exploite et travaille les 8,5 ha du domaine Seppi Landmann. Ainsi, les vins millésimés 2011, provenant des coteaux de la Vallée Noble et du Zinnkoepflé seront entièrement vinifiés à Pfaffenhim, au domaine Rieflé. À l'origine de ce rapprochement, la volonté de Seppi Landmann de faire valoir ses droits à la retraite agricole. "Je suis usé par les tracasseries administratives et la gestion du personnel. J'ai envie de souffler et de passer la main. Mais je n'ai pas de successeur. Cela m'aurait fait beaucoup de peine de vendre simplement mon nom sans rien derrière. Là, j'ai eu de la chance d'entrer en contact avec le domaine Rieflé qui a souhaité racheter mon nom et le faire perdurer. C'était ça ou la disparition. Et pour moi, c'est un vrai bonheur, car c'est la farantie de la survie. Et puis, je serai toujorus présent !", s'enthousiasme le vigneron de Soultzmatt. Lui et Jean-Claude Rieflé se connaissent depuis "toujours", mais ils se sont vraiment rapprochés il y a un an, par l'entremise du directeur de la chambre d'agriculture du Haut-Rhin. Et là, les deux parties ont très vite compris l'intérêt d'une "fusion" entre les deux entités. "Je préfère d'ailleurs plutôt parler d'une alliance, car les deux entités continueront à exister, mais sous une structure commerciale unique. Et on ne fait pas du Seppi Landmann sans Seppi Landmann", précise pour sa part Jean-Claude Rieflé.

Une nouvelle vie de voyageyr et d'ambassadeur


En clair, l'ensemble de la production des deux domaines sera vendangée et vinifiée à Pfaffenheim, mais à part. La spécificité des vins Seppi Landmann sera conservée et les cuvées mythiques continueront d'exister. "On va même essayer d'en rajouter d'autres ! [...] comme aujourd'hui. A savoir vendanger les week-end avec mes clients, comme je l'ai toujours fait",  se réjouit le néo-retraité. De l'autre côté, Jean-Claude Rieflé et son fils Paul ne cachent pas qu'ils ont eu une certaine appréhension à l'approche des vendanges de cette année, les premières à la "façon Seppi". "Et au final, tout s'est très bien passé. Nous avons même pu percer l'un des secrets de Seppi sur la qualité de ses vins : un tri minutieux réalisé par ses vendangeurs qui sont aussi ses clients. Il est vrai que c'est aussi toute une logistique, car on se retrouve avec 150 personnes dans les vignes qu'il faut nourrir ensuite. Mais ça, Seppi continue à s'en occuper" glisse Jean-Claude Rieflé. Même si la quantité de travail sera un peu plus importante, le vigneron de Pfaffenheim et ses fils se réjouissent de pouvoir travailler d'avantage au coeur de la Vallée Noble. "C'est un terroir d'exception. C'est d'autant plus symbolique que le projet d'appellation Alsace Vallée Noble est sur le point d'être validée par le Gouvernement. Nous produisons déjà du Zinnkoepflé, mais là nous pourrons aller plus loin", anticipe Jean-Claude Rieflé. D'un autre côté, Seppi Landmann sait que ses vins vont pouvoir bénéficier de l'important réseau de distribution à l'export de son alter-ego de Pfaffenheim. "L'export a toujours été mon point faible. Je ne me suis pas positionné au bon moment sur ce marché", regrette-t-il. Un manque désormais réparé puisque le domaine Rieflé exporte près de 2/3 de sa production, dont la moitié hors de l'Union Européenne. De quoi réjouir Seppi Landmann qui deviendra l'ambassadeur de la future marque commune, en France comme à  l'étranger. Débarrassés des soucis du quotidien et des travaux administratifs, celui-ci ne compte en effet pas pour autant se reposer sur ses lauriers : "Je vais pouvoir voyager plus pour le travail. Je suis un amoureux des voyages, et je l'ai toujours été. C'est même comme cela que j'ai appris à parler anglais. Cette nouvelle vie de voyageur et d'ambassadeur me convient bien !"

En route vers le bio


Mais ce qui stimule aussi Seppi Landmann dans cette nouvelle aventure, c'est l'occasion d'aider des jeunes "qui en veulent" à perdurer. Âgé de 25 et 23 ans, Paul et Thomas Rieflé représentent bien évidemment l'avenir d'un domaine qui existe tout de même depuis 1835. L'un est diplômé en oenologie, l'autre en commerce. "Il est clair que c'est vraiment un excellent challenge que d'intégrer le domaine Seppi Landmann. Il y a effectivement beaucoup à faire à l'export", observe Paul Rieflé. Sans compter la reconversion bio de 15 ha sur les 17 ha que compte le nouveau vignoble. "Nous étions de toute façon proches de cette philosophie. Et vu que nous devions investir dans du matériel pour travailler le Zinnkoepflé, autant investir dans du matériel bio", poursuit Paul Rieflé. Son père rappelant au passage que "le bio est aussi en train de devenir une condition d'accès au marché, notamment à l'export". La reconversion va durer trois ans, quasiment le temps de consolider la nouvelle alliance entre les deux domaines. "L'alliance sera totale en 2013. Une nouvelle structure au nom indéfini pour le moment, verra le jour et commercialisera le deux marques",  annonce Jean-Claude Rieflé. Et sur les routes, ou entre deux aéroports, un ambassadeur jovial et barbu vantera les mérites du Grand Cru Zinnkoepflé et de la future appellation Alsace Vallée Noble.
07/10/2011